Journée anti-austérité : l'objectif était de faire passer le message aux salariés

Publié le 13/12/2011 (mis à jour le 14/12/2011)
La mobilisation n'a pas été massive, ce mardi, pour la journée d'action lancée par l'intersyndicale (CFDT, CGT, Unsa, Solidaires). 200 militants syndicaux se sont rassemblés à Lille, environ 150 à Boulogne-sur-Mer... L'objectif n'était cependant pas de remplir les rues, mais de « faire passer le message », notamment dans les entreprises, contre les mesures d'austérité.
Journée anti-austérité : l'objectif était de faire passer le message aux salariés
Journée anti-austérité : l'objectif était de faire passer le message aux salariés
La mobilisation n'a pas été massive, ce mardi, pour la journée d'action lancée par l'intersyndicale (CFDT, CGT, Unsa, Solidaires). 200 militants syndicaux se sont rassemblés à Lille, environ 150 à Boulogne-sur-Mer... L'objectif n'était cependant pas de remplir les rues, mais de « faire passer le message », notamment dans les entreprises, contre les mesures d'austérité.

A Lille, le rassemblement s'est tenu dans la matinée, devant les locaux de la CPAM. Ils étaient environ 200 à avoir répondu à l'appel, principalement des militants syndicaux.

'L'objectif n'était pas de parvenir à une forte mobilisation', souligne Pascal Catto, secrétaire régional de la CFDT, qui précise que l'objectif de l'intersyndicale est avant tout 'de faire passer le message de notre opposition aux mesures d'austérité prises jusqu'à maintenant et de diffuser nos contrepropositions '. Et la CFDT les a rappelés : fin de la défiscalisation des heures supplémentaires,  maintien, pour 2012, des contrats aidés – dont une partie est promise à disparaître –faire contribuer les hauts revenus par la création d'une tranche supplémentaire d'impôt sur le revenu,  suppression des 'niches fiscales inefficaces'.

Des propositions que la CFDT affinera pour le sommet social prévu en janvier prochain. Mais, prévient Pascal Catto, les syndicats ' seront vigilants, en cette période pré électorale, pour  ne pas se faire instrumentaliser par le politique '.